Plainte contre Quoniou: la seizième (ce qui fait 16 à 2) les blancs jouent et gagnent

Maintenant je suis bien à l’aise, il me suffit de copier-coller, de changer la date le motif et la description et de l’envoyer en recommandé avec accusé de réception à Monsieur le Procureur de la République.

ABUS DE POUVOIR; UTILISATION ABUSIVE DU PERSONNEL COMMUNAL; UTILISATION ABUSIVE DU MATERIEL INFORMATIQUE ET CONSOMMABLE

A DES FINS PERSONNELLES.

QUONIOU


Je suis toujours là

et pas encore las 

Ton fidèle serviteur

Qui brigue la mairie doit connaître le CGCT. Pas d’incurie à la ville du cheval.
 26 juillet 2011

Tout candidat ou élu briguant la mairie doit connaître le CGCT. Invoquer l’ignorance n’est pas digne d’un élu.
Les candidats aux municipales doivent avoir une connaissance du Code Général des Collectivités Territoriales.

Les élus doivent avoir une bonne connaissance du CGCT.

Le manque de connaissance du CGCT reporte de fait des responsabilités d’élus aux fonctionnaires et bride les initiatives des élus.

Lorsqu’on est élu, et à fortiori élu du premier rang ; Maire, adjoint, opposant, la connaissance du CGCT est exigible.

J’ai été déconcerté par la désinvolture de certains élus .

Cette exigence est soumise à la vigilance des électeurs.

« L’eau qui ne court pas fait un marais, l’esprit qui ne travaille pas fait un sot. (Victor Hugo) 



Lettre anonyme

Quel est ce valeureux, ancien élu de 2001 qui a le courage de m’envoyer une lettre anonyme, comme s’il tentait de justifier ses actions précédentes contre le délinquant en écharpe tricolore, maintenant que l’arbre de mes plaintes et interventions en solitaire va commencer à donner ses fruits.

Un bien triste personnage, à mes yeux, même s’il soutient mon action personnelle, ne pas oser signer son courrier démontre une certaine lâcheté, comme son comportement au sein du conseil, de 2001 à 2008, où il s’est contenté de toucher tous les mois les 100 euros prélevés de mes impôts sans avoir à faire le moindre geste ni le moindre déplacement .

Je ne vous remercie pas pour ce courrier, mon cher ami, vous êtes en partie responsable de la souffrance de la personne morale qu’est la commune, comme de la souffrance des personnes physiques qui payent leurs impôts lesquels sont dilapidés depuis 2001.

J’ai été élu en 1971, peut-être étiez-vous encore en CM2 ou à l’ENA, mais sachez, mon brave que le code des communes était mon livre de chevet,  il est remplacé par le CGCT qui lui succède sur ma table de nuit.

Le bouquet final éclatera dans peu de temps, vous aurez à vous réjouir de mon action personnelle faite avec mes moyens restreints, n’en soyez pas flatté, d’avoir participer au retrait des délégations que vous avez donné à Monsieur votre Maire, délégations que vous lui avez enlevé, délégations que vous lui avez restitué.

Sachez cependant que durant votre bref séjour au conseil je suis déjà intervenu en Sous Préfecture pour rendre justice à mon ami Henri Merlin Maire délégué à qui votre Monsieur le Maire a osé lui enlever illégalement ses indemnités de Maire-Délégué, votre Monsieur le Maire qui ne connait rien au CGCT a été prié de revoir sa copie, ainsi Henri a continué à percevoir ses indemintés.

C’est vrai que vous avez découvert très rapidement la façon autocratique dont a fait preuve votre Monsieur le Maire dans sa gestion, ce qui vous a permis de rester endormis pendant plus longtemps.

L’antenne relais fut implantée après votre mandat, mais toutes les démarches ont été faites avec orange au cours de votre mandat, pourquoi avoir mis en danger les riverains les plus proches alors qu’il y avait la possiblité de l’installer à plus de 200 mètres de l’habitation la plus proche, là encore je vous accuse de laxisme, pourquoi avoir été silencieux.

Cette antenne placée à 20 mètres de l’habitation la plus proche est un danger pour la population, peut-être même que les ondes négatives polluent la farine de notre boulanger installé à 150 mètres de celle-çi, j’ai déposé une plainte au pénal pour mise en danger d’autrui, vous risquez d’être entendu au tribunal, votre inaction dans ce domaine prend l’apparence d’un crime.

Les stylos qu’a acheté par kilos votre Monsieur le Maire pour faire sa campagne électorale de 2008, c’est encore pendant votre mandat et vous avez fermé les yeux.

La restriction de construction rue de Reumont pour favoriser votre ami Flayelle, au cours d’une délibération illégale du conseil municipal, c’est encore pendant votre mandat, le quorum n’ayant pas été atteint, vous avez quand même approuvé par votre signature cette délibération mafieuse.

L’emprunt de 150 000 enros pour travaux, a été fait en 2006, au cours de votre mandat, vous pourriez peut-être renseigner tout le monde sur le devenu de cet argent volatilisé puisqu’il n’y a pas eu de travaux entrepris.

Les 120 000 euros de dépenses en frais de bouche qu’a découvert Monsieur le Sous Préfet, c’est aussi au cours de votre mandat, auriez-vous des choses à nous apprendre maintenant, pourquoi autant de laxisme, pourquoi tant de silence pendant votre mandat et vous voudriez que je retire ce que j’ai publié: TOUS COUPABLES, vous l’êtes tous, aucune compassion, aucune excuse ne justifie votre comportement, vous vous êtes montré indignes: TOUS .

Vous ignorez TOUS que Monsieur votre Maire se doit d’exécuter les délibérations du Conseil municipal et lui rendre compte, vous a-t’il rendu compte, vous vous êtes opposé à certaines dérives:NON JAMAIS.

 Il aurait fallu que je continue en ce temps là ,de faire le journaliste d’investigation, il n’aurait jamais eu un second mandat avec d’autres conseillers compétents dans tous les domaines, tout aussi compétents , comme vous, pendant son premier mandat, j’irai jusqu’à dire: « DES CONS PETANTS ». 

Le bouquet final, je l’offre aux électeurs, aux Sulpiciens, je ne l’offre pas aux élus de 2001 à 2008, ni à ceux qui vous ont suivi. 

Soyez rassuré, mon brave, vous méritez bien cette appellation, que mon combat ne s’arrêtera pas là, aux prochaines municipales, dans peu de temps, fussent-elles partielles je me présenterai afin de rétablir la démocratie dans notre village et de procéder à l’inventaire de la gestion en cours et de la votre.

Vous êtes à l’honneur, mon brave, votre lettre est publiée, votre nom, n’y figure pas, tout en le sachant, je l’ai pas mentionné, je respecte l’anonymat des personnes qui m’écrivent.

Lettre anonyme dans Mon regard pdf lettre_anonyme.pdf

 

je suis toujours là

et pas encore las…

marius szymczak



Le Bulletin municipal de l’opposition (réponse au torchon)

Il est TROP TARD le GRAND DEBALLAGE VA COMMENCER!!!!!
Il est TROP TARD LA GRANDE LESSIVE VA FONCTIONNER!!!!!!

———-

http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Cambrai/actualite/De_Caudry_au_Cateau/2011/07/20/article_malaise-aussi-a-saint-souplet-et-clary.shtml 

———-

http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Cambrai/actualite/De_Caudry_au_Cateau/2011/07/21/article_de-complexes-griefs.shtml

———-

http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Cambrai/actualite/De_Caudry_au_Cateau/2011/07/21/article_pour-ou-contre-le-maire-le-conseil-munic.shtml

———-

La réponse ne s’est pas fait attendre de la part de ceux qui se sont fait insulter par le Délinquant en écharpe tricolore dans son dernier torchon publié, elle aurait dû l’être conformément à la loi Napoléonienne qui traite le droit de réponse et qui est toujours d’actualité.

———-

Il nous faut remercier:

Delphine MOREAU,

Jean-Pierre HALLE,

Jean-Pierre NOTRICE,

Roger PLUCHARD,

Alain PILARD, 

Eric ROULLET,

et David VANDENBERGH, membres du conseil municipal

d’avoir eu le courage de publier à leurs frais un bulletin pour

rétablir la vérité au regard des mensonges publiés dans le

dernier bulletin municipal écrit par le délinquant  en

écharpe tricolore avec l’argent du contribuable et décrit

comme étant un vulgaire torchon.

Le Bulletin municipal de l'opposition (réponse au torchon) dans Mon regard pdf droit_de_réponse.pdf

 

Avec cette réponse, me voilà réconforté, je me sens moins seul,

 je tiens à les remercier et dire que je suis toujours là et pas encore las….

———

Ce qu’en pense La Voix du Nord

Malaise aussi à Saint-Souplet et Clary

mercredi 20.07.2011, 05:07La Voix du Nord

Il n’y a pas qu’à Maurois que le feu couve dans les conseils municipaux. …

État des lieux dans deux autres « points chauds », à Saint-Souplet-Escaufourt et Clary.

OAS_AD(‘Position1′); dans Mon regard

tSaint-Souplet. Le 31 mai, lors de la deuxième réunion organisée en ce sens, le maire ne parvenait pas à changer la donne : ni le compte administratif 2010, ni le compte de gestion, ni le budget primitif n’étaient votés. Dès lors, à la chambre régionale des comptes de prendre en main les finances communales ; à elle de statuer sur la « sincérité » des comptes présentés, leur santé aussi. L’instance devrait rendre son avis sous peu. Mais sans l’attendre, dans le bulletin municipal du 4 juillet, le maire Henri Quoniou signait un éditorial fusitigeant entre autre ces « sept voix contre six » qui ont « pris en otage les associations et les administrés ».

En réponse à ce bulletin attribué, à tort selon eux, à la « commission de l’information et de la communication », un collectif de sept élus a rédigé une réponse elle aussi distribuée « toutes boîtes », répondant aux attaques et en formulant d’autres contre le premier magistrat sur des questions de gestion.

Deux clans semblent clairement s’être formés au conseil. Au centre, Henri Quoniou. Certain que sa condamnation au printemps pour délit de « favoritisme » a encouragé les « rebelles » à déclencher les hostilités… Nous y reviendrons dans une prochaine édition.

tClary. Démis de sa délégation puis de ses fonctions d’adjoint au maire en novembre, Régis Quennesson avait vu son référé pour empêcher la procédure d’élection d’un 4e adjoint en attendant le jugement, rejetée par le tribunal administratif. La semaine dernière, il apprenait cette fois le rejet de la requête qu’il avait formulée à l’encontre de sa destitution. Pour autant, il n’envisage pas de démissionner : de même, dit-il, qu’il entendait aller « jusqu’au bout » de l’action juridique – « Se défendre, c’est un bon moyen de montrer qu’on est dans son droit, peu importe la décision » – il reste conseiller municipal et continue de siéger à la communauté de communes du Caudrésis-Catésis. Et il réfléchit : « Il y a une assez forte demande des Clarysiens sur mon avenir municipal… J’y penserai quand il sera temps.

(…) Je reste en observateur. »

H. H.

De complexes griefs

jeudi 21.07.2011, 05:08La Voix du Nord

Les points de crispation sont complexes.

Et tout particulièrement le dossier des contrats de location de photocopieurs qui engagent la commune. Le collectif d’élus est convaincu que le chèque de 64 584 E versé à la mairie pour solder l’un de ces contrats, a permis d’équilibrer le compte administratif 2010 – qu’ils ont refusé de voter le 31 mai, le considérant « pas sincère », et votant contre le budget primitif à 7 voix contre 6 dans la foulée. Ce, alors même que le contrat concerné se poursuit.

OAS_AD(‘Position1′);

Sur ce point, le maire rétorque que « ce sont des locations-bail avec un chèque à la clé pour payer moins cher. Ce n’est pas le premier chèque que j’encaisse ! ». Sur le fait que ce contrat se poursuive ? « C’est un crédit bail, ça ne se solde pas comme ça. Je suis en train de gérer le problème ». De souligner que les photocopieurs sont utilisés par les écoles et les associations… En 2010 déjà, rappelle pour sa part le collectif, lors du vote du budget, ce poste avait suscité le débat. Au conseil alors, on tapait « du poing sur la table », mais on discutait encore. Les adjoints restés fidèles au maire l’assurent : « De temps en temps on a des différends, on se réunit à trois pour discuter, essayer de trouver des solutions. On ne va pas bloquer le village parce qu’on n’est pas d’accord avec lui. » C’est bien ce qu’ils reprochent au collectif.

Au contraire, sûrs du bien-fondé de leur démarche, les « sept » affirment leur souci de tirer les choses au clair. Comme ces « 90 coffrets tire-bouchons à plus de 210 E pièce » commandés en 2008 et facturés en 2009 pour 18 956,64 E. Des cadeaux offerts « au cantonnier, ou lors des mariages… », explique le maire, justifiant l’important coût unitaire par la qualité du produit. Cela ne convainc pas les « sept » pour qui de toute façon, la question de cette commande « méritait d’être posée en conseil ». D’autant que selon eux, cet achat aurait « englouti » les gains issus de l’augmentation de 2 % des taxes locales votée au budget 2009 « à l’unanimité ».

Dans son éditorial, M. Quoniou écrivait pour sa part que cette hausse, refusée en 2008 par le conseil alors que son instigateur, Alain Pilard, s’abstenait, avait été « imposée » par celui-ci en 2009. De préciser hier qu’elle a été votée « pour faire plaisir » à M.

Pilard : « On ne peut pas toujours s’écharper avec quelqu’un au conseil », justifie-t-il. Et d’indiquer que « mal avisé » sur l’impact de cette hausse, le conseil n’aurait alors pas mesuré l’augmentation « trop importante » qu’elle impliquait pour les Sulpiciens…

L’on attend désormais que la chambre régionale des comptes se prononce. Pas sûr toutefois que son « verdict » apaise les esprits. Les « sept » ne paraissent pas devoir s’y arrêter : « On a peut-être tort juridiquement, mais on est sûr d’avoir raison moralement. »

H. H.

Pour ou contre le maire, le conseil municipal à sept contre sept

jeudi 21.07.2011, 05:08La Voix du Nord

| SAINT-SOUPLET-ESCAUFOURT |

Malaise au conseil municipal de Saint-Souplet. Sept conseillers municipaux (1) ont cosigné début juillet, …

un encart distribué dans la commune. Quatre pages où ce collectif forgé, expliquent-ils, par les circonstances, accumule point par point, divers griefs contre le maire Henri Quoniou – qui s’est lui-même, dans le bulletin municipal du 4 juillet, fendu d’un éditorial mettant clairement et nommément en cause l’un d’eux (lire aussi ci-dessous).

OAS_AD(‘Position1′);

Le malaise ne date pas d’hier. Mais le collectif indique s’être résolu à se manifester publiquement suite au « mot du maire » du 4 juillet. « On ne cherchait pas la guerre, même si depuis trois ans, on a plein de griefs. » « Ça va trop loin », dit-on encore ; Pointant du doigt un premier magistrat qui « travaille seul », ne « communique » pas.

En face, Henri Quoniou dénonce des « hommes invisibles » qu’on ne « voit nulle part » et qui « ne font rien ». Des personnes élues sur sa liste en 2008, certes, mais que la mi-mandat ainsi que sa récente condamnation pour « délit de favoritisme (2) » auraient encouragés à dégainer. Les « moutons de Panurge » auraient suivi Alain Pilard, en qui il voit le meneur de la fronde – mais sans être capable d’expliquer le pourquoi de leur prise de position, vitupère l’un des adjoints resté loyal au maire. La raison du « déballage » dans la presse ? « Ils voient que la population n’est pas avec eux », assène Henri Quoniou. De leur côté, les rebelles l’affirment : « Même s’il n’y avait pas eu de condamnation, ça n’aurait rien changé à notre attitude ! Ça ne retire rien aux informations qu’on peut avoir. » Leur motivation, dit l’un d’eux : « Je ne me vois pas dire aux gens dans trois ans : je n’ai rien dit, parce ce que je n’ai pas eu le courage. » Car même si le collectif se refuse à incriminer ses prédécesseurs, il rappelle qu’en 2003 déjà, le conseil avait voulu infliger un « blâme » à Henri Quoniou, en plus de lui avoir retiré ses délégations élargies qu’il lui avait consenties auparavant. Or les motifs de leur action aujourd’hui s’apparentent à « un copier-coller de 2003 », comparent les ex-colistiers d’Henri Quoniou en 2008, persuadés d’avoir été « manipulés » comme d’autres continueraient de l’être à les en croire… . • H. H.

(1) Delphine Moreau, Jean-Pierre Halle, Jean-Pierre Notrice, Roger Pluchard, Alain Pilard, Éric Roullet, David Vandenbergh.

(2) Le 5 avril dernier, Henri Quoniou écopait d’une amende de 5 000 E pour atteinte à la liberté d’accès ou à l’égalité des candidats dans les marchés publics.



Bulletin municipal

La lâcheté du délinquant en écharpe tricolore atteint par la détérioration mentale:

c’est de tout rejeter sur le secrétaire général de la mairie .

Hier au tribunal de Cambrai, il a accusé le secrétaire de mairie en disant, ce n’est pas moi qui reçois les factures à payer ,c’est le secrétaire de Mairie.

Il ne faut pas oublier que le secrétaire de mairie peut rédiger le mandat, cedit mandat est toujours signé par le Maire, il appartient au trésorier de vérifier l’exactitude de la pièce, de régler le fournisseur, si la commune en a les moyens.

Aujourd’hui, il s’adresse aux Sulpiciens par le biais de ce torchon en mettant sur le dos du secrétaire de notre mairie le fait qu’il était incapable de mesurer l’impact de l’augmentation de nos impôts.Si vos impôts locaux ont augmentés dans une forte proportion  le coupable est Alain PILARD.

Voilà comment est le délinquant en écharpe tricolore

 


Commission de l’information  et de la communication présidée par le délinquant en écharpe tricolore:

Bulletin municipal dans Mon regard pdf torchon_ete_2011.pdf  

Thierry GILBERT

Florian LEFEBVRE

Jean-Pierre NOTRICE

Delphine MOREAU

Eric ROULE

 

Vous aurez tous remarqué au passage que ce torchon a été Rédigé et Imprimé par la Commission de l’Information et de la Communication, c’est ce qui est écrit.

———-

Pour ce qui me concerne  je doute que ces honorables personnes soient mélées de près ou de loin à ce genre de propagande scandaleuse.

———-

Je suis révolté de voir comment le secrétaire de notre Mairie et Monsieur Alain PILARD sont salis, le droit de réponse , loi Napoléonienne est toujours d’actualité.J’ose espérer qu’ils vont en user.

———-

Nous n’avons jamais vu qu’un seul conseiller municipal puisse imposer le budget et l’augmentation des impôts locaux face à l’autocrate.

———-   

Décidément nous n’avons rien compris, nous n’avons pas les mêmes valeurs, HPQ et moi:

———-

Voilà qu’apparaît le second bulletin municipal daté de Janvier 2011 et distribué ce jour le 24 janvier 2011.

———-

Pendant la campagne électorale figurait parmi ses promesses:La parution d’un bulletin municipal trimestriel, avec des informations diverses et variées pour mettre la population au courant de ce qui se passe au village….

———-

Force est de constater que le mot trimestriel s’est transformé en parution triennale.

———-

Les Sulpiciens n’en ont que faire de ce bulletin qui ne dit rien comme de ses voeux que l’on ne veut plus.

———-

Ils savent au quotidien ce qui se passe dans le village par ce blog interposé.

———-

Il aurait fallu nous renseigner sur tout ce que l’on attend depuis longtemps, « les dérives de gestion….??? »

———-

La cuisine façon magouilles et tripatouilles 

 

C’est vrai les caisses sont vides: ICI

———-

Pour l’instant, je respecte le secret d’instruction, mais dans peu de temps le blog sera rempli du contenu de chaque plainte déposée au parquet (au nombre de 14 aujourd’hui), des conclusions du Procureur de la République et bien sur des mesures prises par le tribunal…


Nous avons reçu en ce jour du 04 juillet 2011 le troisième bulletin qui a changé de nom, il est devenu Journal d’informations municipal Eté 2011, nous espérons tous qu’après l’été le délinquant en écharpe tricolore sera placé en maison de rééducation.

Par la diffusion de ce journal, qui n’a rien pour nous informer puisque vous l’êtes tous régulièrement par ce blog interposé.

Il serait de mon devoir de déposer encore plainte au pénal, en effet: Le délinquant en écharpe tricolore ose encore et toujours se servir du matériel et du personnel communal pour ses besoins personnels, comme vous l’aurez remarqué, 2 ou 3 employés communaux ont passé toute une journée pour distribuer ce torchon, puisqu’il faut appeler un chat: un chat.Ce torchon qui n’est rien d’autre que propagande, ce n’est pas ce que nous attendons tous d’un bulletin d’information.

Monsieur Pilard est particulièrement sali par le délinquant en écharpe tricolore, je le salue au passage pour son courage, son honnêteté et sa clairvoyance.

Quoniou si tu veux laver le linge sale du conseil, fais le en famille, utilise tes propres moyens et non ceux de la commune.


 NOUS N’OUBLIONS PAS:

Le délinquant en écharpe tricolore pense que nous avons déjà oublié:

Elus en 2001 sur une seule liste avec des conseillers compétants dans tous les domaines.

En 2002 (déjà), Madame Brigitte FELIX lui demande de démissionner (les grands amours)

De 2001 à 2008 un conseil municipal défaillant, 2 démissions.

 ———-

En 2008 le délinquant en écharpe tricolore est réélu avec une autre équipe, des conseillers compétants dans tous les domaines.

En 2009 nous constatons déjà un conseil laxiste et 2 démissions

En 2010 le début de mes plaintes contre le délinquant en écharpe tricolore.

En 2011 mis à part les courtisans, tous les conseillers ne sont plus compétants dans tous les domaines, ils auraient donc des intérêts personnels c’est la découverte du délinquant en écharpe tricolore.

Qui s’est approprié d’un terrain appartenant au CCAS pour y construire son habitation?.

Qui a falsifié des documents administratifs pour les transmettre au Sous Préfet?.

Qui a voulu s’approprier du foyer rural le 31 décembre 2010 pour son enrichissement personnel?.

Qui fait les courses à intermarché pour la commune? peut-il nous prouver qu’il n’a pas rempli un second chariot pour nourrir sa famille ?, depuis 2001 sa famille est nourrie gratuitement avec nos impôts, c’est ce qu’a découvert Monsieur le Sous Préfet.

Que sont devenus les 150 000.00 euros empruntés en 2006 pour faire des travaux,  on est en droit au regard du comportement du délinquant en écharpe tricolore de tout imaginer puisque aucun chantier n’a été ouvert et les 150 000.00 euros disparus.

De plus il ose écrire  » Je ne ferai jamais passer mes intérêts personnels avant les intérêts de SAINT SOUPLET » alors qu’il est de notoriété publique que depuis 2001, il s’est chargé de vider les caisses de notre commune , il prend les Sulpiciens pour des fadas????

Quand le tribunal aura délibéré vous en serez tous surpris de constater tout le mal qu’il a fait à notre commune, avec des conseillers laxistes.

Merci Brigitte FELIX, Merci Thierry GILBERT, Merci Alain PILARD, Merci Emma ROMANIELLO d’avoir ouvert le feu.

———-

Je suis allé sur un site de rencontres afin de trouver femme,

j’ai cherché en France, dans les pays de l’Est, en Afrique,

comme vous le savez tous, je suis veuf depuis 1993 et suis à la recherche d’une compagne.

J’ai constaté que cela coûte une fortune de prendre une femme au Cameroun, il aurait fallu que je fasse un emprunt d’au moins 150 000 euros pour la ramener à Saint Souplet.

Alors, j’y ai renoncé et reste donc célibataire en attendant.

Au passage je lance un appel à celles, Sulpiciennes ou autres de bien vouloir me contacter, si cela les intéresserait , nous pourrons voir s’il y a affinités ..


 

 QUONIOU

tu es en décubitus pour examens

Je suis toujours là , derrière toi, et pas encore las…

votre bien dévoué

marius szymczak



20 juin 1789 et 20 juin 2011 deux dates à retenir

Pour ceux qui auraient oublié le 20 juin 1789 est ancré dans notre histoire c’est Le serment du Jeu de Paume . Les Députés Jurent de ne pas se séparer avant d’avoir donné une constitution à la France.

———-

Pour votre information le délinquant en écharpe tricolore, toujours en exercice en notre mairie vient par une note de service N°01 datée du 20 juin 2011, de me mettre à l’honneur, c’est une chose qu’il vient de découvrir, auparavant il ignorait ce que voulait dire une note de service, je lui en suis reconnaissant, puisque portant le numéro 01 , personne n’a fait l’objet d’une telle directive à ce jour, de par cette note de service destinée aux personnels administratifs de la mairie avec pour action immédiate:

Le délinquant en écharpe tricolore m’interdit l’accès au bureau de notre secrétaire général de la mairie, en dehors d’un rendez-vous et en présence du Maire ou d’un Adjoint.(Comme s’il y avait encore un Maire digne de ce nom dans notre village). 

Le 20 juin 1789, notre histoire:

http://mjp.univ-perp.fr/france/1789-20juin.htm

Le 20 juin 2011 szymczak rentre dans l’histoire:

20 juin 1789 et 20 juin 2011 deux dates à retenir dans Mon regard pdf 20_juin_2011.pdf 

 




Archive pour juillet, 2011

Plainte contre Quoniou: la seizième (ce qui fait 16 à 2) les blancs jouent et gagnent

Maintenant je suis bien à l’aise, il me suffit de copier-coller, de changer la date le motif et la description et de l’envoyer en recommandé avec accusé de réception à Monsieur le Procureur de la République.

ABUS DE POUVOIR; UTILISATION ABUSIVE DU PERSONNEL COMMUNAL; UTILISATION ABUSIVE DU MATERIEL INFORMATIQUE ET CONSOMMABLE

A DES FINS PERSONNELLES.

QUONIOU


Je suis toujours là

et pas encore las 

Ton fidèle serviteur

Qui brigue la mairie doit connaître le CGCT. Pas d’incurie à la ville du cheval.
 26 juillet 2011

Tout candidat ou élu briguant la mairie doit connaître le CGCT. Invoquer l’ignorance n’est pas digne d’un élu.
Les candidats aux municipales doivent avoir une connaissance du Code Général des Collectivités Territoriales.

Les élus doivent avoir une bonne connaissance du CGCT.

Le manque de connaissance du CGCT reporte de fait des responsabilités d’élus aux fonctionnaires et bride les initiatives des élus.

Lorsqu’on est élu, et à fortiori élu du premier rang ; Maire, adjoint, opposant, la connaissance du CGCT est exigible.

J’ai été déconcerté par la désinvolture de certains élus .

Cette exigence est soumise à la vigilance des électeurs.

« L’eau qui ne court pas fait un marais, l’esprit qui ne travaille pas fait un sot. (Victor Hugo) 

Lettre anonyme

Quel est ce valeureux, ancien élu de 2001 qui a le courage de m’envoyer une lettre anonyme, comme s’il tentait de justifier ses actions précédentes contre le délinquant en écharpe tricolore, maintenant que l’arbre de mes plaintes et interventions en solitaire va commencer à donner ses fruits.

Un bien triste personnage, à mes yeux, même s’il soutient mon action personnelle, ne pas oser signer son courrier démontre une certaine lâcheté, comme son comportement au sein du conseil, de 2001 à 2008, où il s’est contenté de toucher tous les mois les 100 euros prélevés de mes impôts sans avoir à faire le moindre geste ni le moindre déplacement .

Je ne vous remercie pas pour ce courrier, mon cher ami, vous êtes en partie responsable de la souffrance de la personne morale qu’est la commune, comme de la souffrance des personnes physiques qui payent leurs impôts lesquels sont dilapidés depuis 2001.

J’ai été élu en 1971, peut-être étiez-vous encore en CM2 ou à l’ENA, mais sachez, mon brave que le code des communes était mon livre de chevet,  il est remplacé par le CGCT qui lui succède sur ma table de nuit.

Le bouquet final éclatera dans peu de temps, vous aurez à vous réjouir de mon action personnelle faite avec mes moyens restreints, n’en soyez pas flatté, d’avoir participer au retrait des délégations que vous avez donné à Monsieur votre Maire, délégations que vous lui avez enlevé, délégations que vous lui avez restitué.

Sachez cependant que durant votre bref séjour au conseil je suis déjà intervenu en Sous Préfecture pour rendre justice à mon ami Henri Merlin Maire délégué à qui votre Monsieur le Maire a osé lui enlever illégalement ses indemnités de Maire-Délégué, votre Monsieur le Maire qui ne connait rien au CGCT a été prié de revoir sa copie, ainsi Henri a continué à percevoir ses indemintés.

C’est vrai que vous avez découvert très rapidement la façon autocratique dont a fait preuve votre Monsieur le Maire dans sa gestion, ce qui vous a permis de rester endormis pendant plus longtemps.

L’antenne relais fut implantée après votre mandat, mais toutes les démarches ont été faites avec orange au cours de votre mandat, pourquoi avoir mis en danger les riverains les plus proches alors qu’il y avait la possiblité de l’installer à plus de 200 mètres de l’habitation la plus proche, là encore je vous accuse de laxisme, pourquoi avoir été silencieux.

Cette antenne placée à 20 mètres de l’habitation la plus proche est un danger pour la population, peut-être même que les ondes négatives polluent la farine de notre boulanger installé à 150 mètres de celle-çi, j’ai déposé une plainte au pénal pour mise en danger d’autrui, vous risquez d’être entendu au tribunal, votre inaction dans ce domaine prend l’apparence d’un crime.

Les stylos qu’a acheté par kilos votre Monsieur le Maire pour faire sa campagne électorale de 2008, c’est encore pendant votre mandat et vous avez fermé les yeux.

La restriction de construction rue de Reumont pour favoriser votre ami Flayelle, au cours d’une délibération illégale du conseil municipal, c’est encore pendant votre mandat, le quorum n’ayant pas été atteint, vous avez quand même approuvé par votre signature cette délibération mafieuse.

L’emprunt de 150 000 enros pour travaux, a été fait en 2006, au cours de votre mandat, vous pourriez peut-être renseigner tout le monde sur le devenu de cet argent volatilisé puisqu’il n’y a pas eu de travaux entrepris.

Les 120 000 euros de dépenses en frais de bouche qu’a découvert Monsieur le Sous Préfet, c’est aussi au cours de votre mandat, auriez-vous des choses à nous apprendre maintenant, pourquoi autant de laxisme, pourquoi tant de silence pendant votre mandat et vous voudriez que je retire ce que j’ai publié: TOUS COUPABLES, vous l’êtes tous, aucune compassion, aucune excuse ne justifie votre comportement, vous vous êtes montré indignes: TOUS .

Vous ignorez TOUS que Monsieur votre Maire se doit d’exécuter les délibérations du Conseil municipal et lui rendre compte, vous a-t’il rendu compte, vous vous êtes opposé à certaines dérives:NON JAMAIS.

 Il aurait fallu que je continue en ce temps là ,de faire le journaliste d’investigation, il n’aurait jamais eu un second mandat avec d’autres conseillers compétents dans tous les domaines, tout aussi compétents , comme vous, pendant son premier mandat, j’irai jusqu’à dire: « DES CONS PETANTS ». 

Le bouquet final, je l’offre aux électeurs, aux Sulpiciens, je ne l’offre pas aux élus de 2001 à 2008, ni à ceux qui vous ont suivi. 

Soyez rassuré, mon brave, vous méritez bien cette appellation, que mon combat ne s’arrêtera pas là, aux prochaines municipales, dans peu de temps, fussent-elles partielles je me présenterai afin de rétablir la démocratie dans notre village et de procéder à l’inventaire de la gestion en cours et de la votre.

Vous êtes à l’honneur, mon brave, votre lettre est publiée, votre nom, n’y figure pas, tout en le sachant, je l’ai pas mentionné, je respecte l’anonymat des personnes qui m’écrivent.

Lettre anonyme dans Mon regard pdf lettre_anonyme.pdf

 

je suis toujours là

et pas encore las…

marius szymczak

Le Bulletin municipal de l’opposition (réponse au torchon)

Il est TROP TARD le GRAND DEBALLAGE VA COMMENCER!!!!!
Il est TROP TARD LA GRANDE LESSIVE VA FONCTIONNER!!!!!!

———-

http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Cambrai/actualite/De_Caudry_au_Cateau/2011/07/20/article_malaise-aussi-a-saint-souplet-et-clary.shtml 

———-

http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Cambrai/actualite/De_Caudry_au_Cateau/2011/07/21/article_de-complexes-griefs.shtml

———-

http://www.lavoixdunord.fr/Locales/Cambrai/actualite/De_Caudry_au_Cateau/2011/07/21/article_pour-ou-contre-le-maire-le-conseil-munic.shtml

———-

La réponse ne s’est pas fait attendre de la part de ceux qui se sont fait insulter par le Délinquant en écharpe tricolore dans son dernier torchon publié, elle aurait dû l’être conformément à la loi Napoléonienne qui traite le droit de réponse et qui est toujours d’actualité.

———-

Il nous faut remercier:

Delphine MOREAU,

Jean-Pierre HALLE,

Jean-Pierre NOTRICE,

Roger PLUCHARD,

Alain PILARD, 

Eric ROULLET,

et David VANDENBERGH, membres du conseil municipal

d’avoir eu le courage de publier à leurs frais un bulletin pour

rétablir la vérité au regard des mensonges publiés dans le

dernier bulletin municipal écrit par le délinquant  en

écharpe tricolore avec l’argent du contribuable et décrit

comme étant un vulgaire torchon.

Le Bulletin municipal de l'opposition (réponse au torchon) dans Mon regard pdf droit_de_réponse.pdf

 

Avec cette réponse, me voilà réconforté, je me sens moins seul,

 je tiens à les remercier et dire que je suis toujours là et pas encore las….

———

Ce qu’en pense La Voix du Nord

Malaise aussi à Saint-Souplet et Clary

mercredi 20.07.2011, 05:07La Voix du Nord

Il n’y a pas qu’à Maurois que le feu couve dans les conseils municipaux. …

État des lieux dans deux autres « points chauds », à Saint-Souplet-Escaufourt et Clary.

OAS_AD(‘Position1′); dans Mon regard

tSaint-Souplet. Le 31 mai, lors de la deuxième réunion organisée en ce sens, le maire ne parvenait pas à changer la donne : ni le compte administratif 2010, ni le compte de gestion, ni le budget primitif n’étaient votés. Dès lors, à la chambre régionale des comptes de prendre en main les finances communales ; à elle de statuer sur la « sincérité » des comptes présentés, leur santé aussi. L’instance devrait rendre son avis sous peu. Mais sans l’attendre, dans le bulletin municipal du 4 juillet, le maire Henri Quoniou signait un éditorial fusitigeant entre autre ces « sept voix contre six » qui ont « pris en otage les associations et les administrés ».

En réponse à ce bulletin attribué, à tort selon eux, à la « commission de l’information et de la communication », un collectif de sept élus a rédigé une réponse elle aussi distribuée « toutes boîtes », répondant aux attaques et en formulant d’autres contre le premier magistrat sur des questions de gestion.

Deux clans semblent clairement s’être formés au conseil. Au centre, Henri Quoniou. Certain que sa condamnation au printemps pour délit de « favoritisme » a encouragé les « rebelles » à déclencher les hostilités… Nous y reviendrons dans une prochaine édition.

tClary. Démis de sa délégation puis de ses fonctions d’adjoint au maire en novembre, Régis Quennesson avait vu son référé pour empêcher la procédure d’élection d’un 4e adjoint en attendant le jugement, rejetée par le tribunal administratif. La semaine dernière, il apprenait cette fois le rejet de la requête qu’il avait formulée à l’encontre de sa destitution. Pour autant, il n’envisage pas de démissionner : de même, dit-il, qu’il entendait aller « jusqu’au bout » de l’action juridique – « Se défendre, c’est un bon moyen de montrer qu’on est dans son droit, peu importe la décision » – il reste conseiller municipal et continue de siéger à la communauté de communes du Caudrésis-Catésis. Et il réfléchit : « Il y a une assez forte demande des Clarysiens sur mon avenir municipal… J’y penserai quand il sera temps.

(…) Je reste en observateur. »

H. H.

De complexes griefs

jeudi 21.07.2011, 05:08La Voix du Nord

Les points de crispation sont complexes.

Et tout particulièrement le dossier des contrats de location de photocopieurs qui engagent la commune. Le collectif d’élus est convaincu que le chèque de 64 584 E versé à la mairie pour solder l’un de ces contrats, a permis d’équilibrer le compte administratif 2010 – qu’ils ont refusé de voter le 31 mai, le considérant « pas sincère », et votant contre le budget primitif à 7 voix contre 6 dans la foulée. Ce, alors même que le contrat concerné se poursuit.

OAS_AD(‘Position1′);

Sur ce point, le maire rétorque que « ce sont des locations-bail avec un chèque à la clé pour payer moins cher. Ce n’est pas le premier chèque que j’encaisse ! ». Sur le fait que ce contrat se poursuive ? « C’est un crédit bail, ça ne se solde pas comme ça. Je suis en train de gérer le problème ». De souligner que les photocopieurs sont utilisés par les écoles et les associations… En 2010 déjà, rappelle pour sa part le collectif, lors du vote du budget, ce poste avait suscité le débat. Au conseil alors, on tapait « du poing sur la table », mais on discutait encore. Les adjoints restés fidèles au maire l’assurent : « De temps en temps on a des différends, on se réunit à trois pour discuter, essayer de trouver des solutions. On ne va pas bloquer le village parce qu’on n’est pas d’accord avec lui. » C’est bien ce qu’ils reprochent au collectif.

Au contraire, sûrs du bien-fondé de leur démarche, les « sept » affirment leur souci de tirer les choses au clair. Comme ces « 90 coffrets tire-bouchons à plus de 210 E pièce » commandés en 2008 et facturés en 2009 pour 18 956,64 E. Des cadeaux offerts « au cantonnier, ou lors des mariages… », explique le maire, justifiant l’important coût unitaire par la qualité du produit. Cela ne convainc pas les « sept » pour qui de toute façon, la question de cette commande « méritait d’être posée en conseil ». D’autant que selon eux, cet achat aurait « englouti » les gains issus de l’augmentation de 2 % des taxes locales votée au budget 2009 « à l’unanimité ».

Dans son éditorial, M. Quoniou écrivait pour sa part que cette hausse, refusée en 2008 par le conseil alors que son instigateur, Alain Pilard, s’abstenait, avait été « imposée » par celui-ci en 2009. De préciser hier qu’elle a été votée « pour faire plaisir » à M.

Pilard : « On ne peut pas toujours s’écharper avec quelqu’un au conseil », justifie-t-il. Et d’indiquer que « mal avisé » sur l’impact de cette hausse, le conseil n’aurait alors pas mesuré l’augmentation « trop importante » qu’elle impliquait pour les Sulpiciens…

L’on attend désormais que la chambre régionale des comptes se prononce. Pas sûr toutefois que son « verdict » apaise les esprits. Les « sept » ne paraissent pas devoir s’y arrêter : « On a peut-être tort juridiquement, mais on est sûr d’avoir raison moralement. »

H. H.

Pour ou contre le maire, le conseil municipal à sept contre sept

jeudi 21.07.2011, 05:08La Voix du Nord

| SAINT-SOUPLET-ESCAUFOURT |

Malaise au conseil municipal de Saint-Souplet. Sept conseillers municipaux (1) ont cosigné début juillet, …

un encart distribué dans la commune. Quatre pages où ce collectif forgé, expliquent-ils, par les circonstances, accumule point par point, divers griefs contre le maire Henri Quoniou – qui s’est lui-même, dans le bulletin municipal du 4 juillet, fendu d’un éditorial mettant clairement et nommément en cause l’un d’eux (lire aussi ci-dessous).

OAS_AD(‘Position1′);

Le malaise ne date pas d’hier. Mais le collectif indique s’être résolu à se manifester publiquement suite au « mot du maire » du 4 juillet. « On ne cherchait pas la guerre, même si depuis trois ans, on a plein de griefs. » « Ça va trop loin », dit-on encore ; Pointant du doigt un premier magistrat qui « travaille seul », ne « communique » pas.

En face, Henri Quoniou dénonce des « hommes invisibles » qu’on ne « voit nulle part » et qui « ne font rien ». Des personnes élues sur sa liste en 2008, certes, mais que la mi-mandat ainsi que sa récente condamnation pour « délit de favoritisme (2) » auraient encouragés à dégainer. Les « moutons de Panurge » auraient suivi Alain Pilard, en qui il voit le meneur de la fronde – mais sans être capable d’expliquer le pourquoi de leur prise de position, vitupère l’un des adjoints resté loyal au maire. La raison du « déballage » dans la presse ? « Ils voient que la population n’est pas avec eux », assène Henri Quoniou. De leur côté, les rebelles l’affirment : « Même s’il n’y avait pas eu de condamnation, ça n’aurait rien changé à notre attitude ! Ça ne retire rien aux informations qu’on peut avoir. » Leur motivation, dit l’un d’eux : « Je ne me vois pas dire aux gens dans trois ans : je n’ai rien dit, parce ce que je n’ai pas eu le courage. » Car même si le collectif se refuse à incriminer ses prédécesseurs, il rappelle qu’en 2003 déjà, le conseil avait voulu infliger un « blâme » à Henri Quoniou, en plus de lui avoir retiré ses délégations élargies qu’il lui avait consenties auparavant. Or les motifs de leur action aujourd’hui s’apparentent à « un copier-coller de 2003 », comparent les ex-colistiers d’Henri Quoniou en 2008, persuadés d’avoir été « manipulés » comme d’autres continueraient de l’être à les en croire… . • H. H.

(1) Delphine Moreau, Jean-Pierre Halle, Jean-Pierre Notrice, Roger Pluchard, Alain Pilard, Éric Roullet, David Vandenbergh.

(2) Le 5 avril dernier, Henri Quoniou écopait d’une amende de 5 000 E pour atteinte à la liberté d’accès ou à l’égalité des candidats dans les marchés publics.

Bulletin municipal

La lâcheté du délinquant en écharpe tricolore atteint par la détérioration mentale:

c’est de tout rejeter sur le secrétaire général de la mairie .

Hier au tribunal de Cambrai, il a accusé le secrétaire de mairie en disant, ce n’est pas moi qui reçois les factures à payer ,c’est le secrétaire de Mairie.

Il ne faut pas oublier que le secrétaire de mairie peut rédiger le mandat, cedit mandat est toujours signé par le Maire, il appartient au trésorier de vérifier l’exactitude de la pièce, de régler le fournisseur, si la commune en a les moyens.

Aujourd’hui, il s’adresse aux Sulpiciens par le biais de ce torchon en mettant sur le dos du secrétaire de notre mairie le fait qu’il était incapable de mesurer l’impact de l’augmentation de nos impôts.Si vos impôts locaux ont augmentés dans une forte proportion  le coupable est Alain PILARD.

Voilà comment est le délinquant en écharpe tricolore

 


Commission de l’information  et de la communication présidée par le délinquant en écharpe tricolore:

Bulletin municipal dans Mon regard pdf torchon_ete_2011.pdf  

Thierry GILBERT

Florian LEFEBVRE

Jean-Pierre NOTRICE

Delphine MOREAU

Eric ROULE

 

Vous aurez tous remarqué au passage que ce torchon a été Rédigé et Imprimé par la Commission de l’Information et de la Communication, c’est ce qui est écrit.

———-

Pour ce qui me concerne  je doute que ces honorables personnes soient mélées de près ou de loin à ce genre de propagande scandaleuse.

———-

Je suis révolté de voir comment le secrétaire de notre Mairie et Monsieur Alain PILARD sont salis, le droit de réponse , loi Napoléonienne est toujours d’actualité.J’ose espérer qu’ils vont en user.

———-

Nous n’avons jamais vu qu’un seul conseiller municipal puisse imposer le budget et l’augmentation des impôts locaux face à l’autocrate.

———-   

Décidément nous n’avons rien compris, nous n’avons pas les mêmes valeurs, HPQ et moi:

———-

Voilà qu’apparaît le second bulletin municipal daté de Janvier 2011 et distribué ce jour le 24 janvier 2011.

———-

Pendant la campagne électorale figurait parmi ses promesses:La parution d’un bulletin municipal trimestriel, avec des informations diverses et variées pour mettre la population au courant de ce qui se passe au village….

———-

Force est de constater que le mot trimestriel s’est transformé en parution triennale.

———-

Les Sulpiciens n’en ont que faire de ce bulletin qui ne dit rien comme de ses voeux que l’on ne veut plus.

———-

Ils savent au quotidien ce qui se passe dans le village par ce blog interposé.

———-

Il aurait fallu nous renseigner sur tout ce que l’on attend depuis longtemps, « les dérives de gestion….??? »

———-

La cuisine façon magouilles et tripatouilles 

 

C’est vrai les caisses sont vides: ICI

———-

Pour l’instant, je respecte le secret d’instruction, mais dans peu de temps le blog sera rempli du contenu de chaque plainte déposée au parquet (au nombre de 14 aujourd’hui), des conclusions du Procureur de la République et bien sur des mesures prises par le tribunal…


Nous avons reçu en ce jour du 04 juillet 2011 le troisième bulletin qui a changé de nom, il est devenu Journal d’informations municipal Eté 2011, nous espérons tous qu’après l’été le délinquant en écharpe tricolore sera placé en maison de rééducation.

Par la diffusion de ce journal, qui n’a rien pour nous informer puisque vous l’êtes tous régulièrement par ce blog interposé.

Il serait de mon devoir de déposer encore plainte au pénal, en effet: Le délinquant en écharpe tricolore ose encore et toujours se servir du matériel et du personnel communal pour ses besoins personnels, comme vous l’aurez remarqué, 2 ou 3 employés communaux ont passé toute une journée pour distribuer ce torchon, puisqu’il faut appeler un chat: un chat.Ce torchon qui n’est rien d’autre que propagande, ce n’est pas ce que nous attendons tous d’un bulletin d’information.

Monsieur Pilard est particulièrement sali par le délinquant en écharpe tricolore, je le salue au passage pour son courage, son honnêteté et sa clairvoyance.

Quoniou si tu veux laver le linge sale du conseil, fais le en famille, utilise tes propres moyens et non ceux de la commune.


 NOUS N’OUBLIONS PAS:

Le délinquant en écharpe tricolore pense que nous avons déjà oublié:

Elus en 2001 sur une seule liste avec des conseillers compétants dans tous les domaines.

En 2002 (déjà), Madame Brigitte FELIX lui demande de démissionner (les grands amours)

De 2001 à 2008 un conseil municipal défaillant, 2 démissions.

 ———-

En 2008 le délinquant en écharpe tricolore est réélu avec une autre équipe, des conseillers compétants dans tous les domaines.

En 2009 nous constatons déjà un conseil laxiste et 2 démissions

En 2010 le début de mes plaintes contre le délinquant en écharpe tricolore.

En 2011 mis à part les courtisans, tous les conseillers ne sont plus compétants dans tous les domaines, ils auraient donc des intérêts personnels c’est la découverte du délinquant en écharpe tricolore.

Qui s’est approprié d’un terrain appartenant au CCAS pour y construire son habitation?.

Qui a falsifié des documents administratifs pour les transmettre au Sous Préfet?.

Qui a voulu s’approprier du foyer rural le 31 décembre 2010 pour son enrichissement personnel?.

Qui fait les courses à intermarché pour la commune? peut-il nous prouver qu’il n’a pas rempli un second chariot pour nourrir sa famille ?, depuis 2001 sa famille est nourrie gratuitement avec nos impôts, c’est ce qu’a découvert Monsieur le Sous Préfet.

Que sont devenus les 150 000.00 euros empruntés en 2006 pour faire des travaux,  on est en droit au regard du comportement du délinquant en écharpe tricolore de tout imaginer puisque aucun chantier n’a été ouvert et les 150 000.00 euros disparus.

De plus il ose écrire  » Je ne ferai jamais passer mes intérêts personnels avant les intérêts de SAINT SOUPLET » alors qu’il est de notoriété publique que depuis 2001, il s’est chargé de vider les caisses de notre commune , il prend les Sulpiciens pour des fadas????

Quand le tribunal aura délibéré vous en serez tous surpris de constater tout le mal qu’il a fait à notre commune, avec des conseillers laxistes.

Merci Brigitte FELIX, Merci Thierry GILBERT, Merci Alain PILARD, Merci Emma ROMANIELLO d’avoir ouvert le feu.

———-

Je suis allé sur un site de rencontres afin de trouver femme,

j’ai cherché en France, dans les pays de l’Est, en Afrique,

comme vous le savez tous, je suis veuf depuis 1993 et suis à la recherche d’une compagne.

J’ai constaté que cela coûte une fortune de prendre une femme au Cameroun, il aurait fallu que je fasse un emprunt d’au moins 150 000 euros pour la ramener à Saint Souplet.

Alors, j’y ai renoncé et reste donc célibataire en attendant.

Au passage je lance un appel à celles, Sulpiciennes ou autres de bien vouloir me contacter, si cela les intéresserait , nous pourrons voir s’il y a affinités ..


 

 QUONIOU

tu es en décubitus pour examens

Je suis toujours là , derrière toi, et pas encore las…

votre bien dévoué

marius szymczak

20 juin 1789 et 20 juin 2011 deux dates à retenir

Pour ceux qui auraient oublié le 20 juin 1789 est ancré dans notre histoire c’est Le serment du Jeu de Paume . Les Députés Jurent de ne pas se séparer avant d’avoir donné une constitution à la France.

———-

Pour votre information le délinquant en écharpe tricolore, toujours en exercice en notre mairie vient par une note de service N°01 datée du 20 juin 2011, de me mettre à l’honneur, c’est une chose qu’il vient de découvrir, auparavant il ignorait ce que voulait dire une note de service, je lui en suis reconnaissant, puisque portant le numéro 01 , personne n’a fait l’objet d’une telle directive à ce jour, de par cette note de service destinée aux personnels administratifs de la mairie avec pour action immédiate:

Le délinquant en écharpe tricolore m’interdit l’accès au bureau de notre secrétaire général de la mairie, en dehors d’un rendez-vous et en présence du Maire ou d’un Adjoint.(Comme s’il y avait encore un Maire digne de ce nom dans notre village). 

Le 20 juin 1789, notre histoire:

http://mjp.univ-perp.fr/france/1789-20juin.htm

Le 20 juin 2011 szymczak rentre dans l’histoire:

20 juin 1789 et 20 juin 2011 deux dates à retenir dans Mon regard pdf 20_juin_2011.pdf 

 

ALLIANCE POUR LA NORMANDIE |
degaulois.justice.fr |
gauchemodernechelles |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Regard cubain
| BOUM ! BOUM !
| Soutenons le FUDEC