Quand la trompètte de la justice jouera

Les dernières nouvelles

C’est un conseil municipal houleux qui s’est tenu mardi soir. À l’ordre du jour, le vote du budget. … Neuf élus ont voté contre deux se sont abstenus un seul a voté pour un dernier vote étant considéré comme nul. Trois ans après l’élection d’Henri Quoniou avec la quasi-totalité de sa liste, que s’est-il passé pour justifier une telle bronca du conseil municipal à l’endroit de son maire ?. Le 5 avril, celui-ci était condamné à une amende de 5 000 E par le tribunal de Cambrai pour atteinte à la liberté d’accès ou à l’égalité des candidats dans les marchés publics. Le 13, le maire de Neuvilly, Hubert Lefèvre, demandait lors d’une séance de conseil de la communauté de communes du Caudrésis-Catésis (4C) qu’Henri Quoniou, qui y exerce une vice-présidence, la rende ou qu’on l’en dessaisisse… Hier soir, lors d’un nouveau conseil communautaire, on devait revenir sur ce sujet épineux sur lequel Gérard Devaux, président de la 4C, n’avait pas voulu réagir «à chaud». Auparavant, mardi, c’est en mairie de Saint-Souplet que la température est montée. Contacté hier, Henri Quoniou a dit savoir qu’en refusant de voter le compte administratif 2010, excédentaire de 27 000 Euros;le conseil voulait le sanctionner. Et c’est le premier magistrat lui-même qui leur aurait glissé une idée : S’ils voulaient vraiment embêter le monde, il valait encore mieux voter contre le budget primitif. Lui-même aurait voté contre ce budget primitif élaboré par la commission finances, expliquant ce choix par son refus d’une hausse des taux d’imposition. Pas question, affirme-t-il, de convoquer une nouvelle réunion de conseil pour respecter les délais impartis aux collectivités pour voter leur budget. J’assumerai le budget avec la chambre régionale des comptes, assure le maire. Ce n’est pas d’aujourd’hui que Henri Quoniou rencontre des difficultés au sein de son conseil. Pour autant face à ce blocage, il n’envisage pas la démission : Je n’ai pas de souci avec la population de Saint-Souplet, atteste-t-il. Semble-t-il malgré tout que le climat soit tendu dans le village. Témoin ce Sulpicien qui nous confiait hier :C’est le sujet de conversation principal. Certains sont un peu étonnés… D’autres rassurés…» Du fait, justement, dit-il, que les difficultés ne datent pas d’hier. Et d’évoquer deux démissions déjà survenues au sein du conseil… Le feuilleton sulpicien continue. • H. H.

  • jeudi 02.06.2011, 05:11La Voix du Nord

      imageaccueil.jpg   imagemairie.jpg  imageaccueil.jpg
  • Photo trompeuse: en fait, le ciel s’est assombri au-dessus de la mairie de Saint-Souplet.
    • |  ON EN REPARLE |

      Conseil municipal extraordinaire en mairie de Saint-Souplet mardi. À l’ordre du jour, deux points : le compte administratif et le budget primitif. Retoqués par ce même conseil il y a un mois. Mardi soir, ce fut bis repetita. Le divorce semble consommé entre une partie du conseil, majoritaire, et le maire, Henri Quoniou. Condamné le 5 avril à 5 000 E pour atteinte à la liberté d’accès ou à l’égalité des candidats dans les marchés publics.

       

      Peut-être ce qui a précipité la perte de confiance exprimée mardi soir.

      OAS_AD(‘Position1′);

       

      PAR DAVID LAURENCE

      caudry@lavoixdunord.fr PHOTOS LA VOIX

      > Le contexte. Difficile. Et délicat. Ont été évoqués, mardi soir lors du conseil municipal à Saint-Souplet, des reliquats « de 2003 », de vieilles querelles entre élus. Quelques tensions personnelles ont émergé aussi, quand bien même à chaque fois il s’en est trouvé un pour ramener la discussion sur le sujet du jour. La récente condamnation du maire n’a pas été évoquée, si ce n’est par lui. Henri Quoniou rappelant qu’il n’y a pas eu « de vols ou de magouilles ». Ce dernier de vouloir tordre le cou aux rumeurs aussi. Bref, un climat pas vraiment serein. Qui avait conduit il y a un mois à ce que le compte administratif et le budget primitif ne soient pas adoptés. Le maire d’assurer alors qu’il assumerait « le budget avec la chambre régionale des comptes ». Mais « vendredi, le sous-préfet m’a appelé pour me dire que la date butoir pour passer le budget c’était le 31. C’est pour cela que je vous ai réunis en urgence ». Sans le sous-préfet.

      Qu’Henri Quoniou avait annoncé. « Il devait venir pour expliquer, avant le conseil, l’importance de voter le budget. Mais finalement, il n’a pas pu. » > Deux visions. Face à face, deux camps. Et un maire qui, après un tour de table voulu par lui-même, a pu noter qu’il avait perdu la confiance de quasiment tout le conseil même si on lui a reconnu « d’être sur le terrain et de faire beaucoup pour le social ».

      D’un côté, des élus toujours pas décidés à adopter le compte administratif et à voter le budget primitif. Parce que le premier ne serait pas « sincère », il y aurait « une ligne de trésorerie déguisée », d’après le conseiller Alain Pilard, permettant à ce compte d’être positif alors qu’en fait « la commune est dans le rouge ». De nombreuses factures ne peuvent être payées. Pour le budget 2011, nouveau veto parce qu’il n’a pas changé depuis la précédente réunion de conseil, voire même les choses se seraient « aggravées ». « On ne peut plus continuer comme ça, il faut remettre tout à plat », d’expliquer un élu.

      Discours identique de l’autre côté de la table. On veut aussi tout remettre à plat. Mais de ce côté-ci, on plaide pour que le budget soit adopté de manière à ce que le conseil garde la main sur les finances, mais en promettant de faire en sorte que celles-ci soient mieux tenues. Pour ce faire, des propositions : régler une bonne fois pour toute le problème des contrats de photocopieurs, six machines qui plombent les comptes (l’intercommunalité s’étant engagée, selon le maire, à en récupérer une) adjoindre au maire un élu en qui les deux « camps » ont confiance pour l’accompagner dans les prises de décision relatives au budget, en l’occurrence Alexandre Mortier et une gestion qui se ferait à l’avenir non plus avec des délibérations modificatives, mais avec un budget supplémentaire.

      > Une impasse. Mais d’accord il n’y a pas eu. Ce quand bien même Marc Bera, le premier adjoint, a plaidé pour que le dialogue soit renoué entre tous. Pour le bien de la commune « car on a été élu par la population, on doit lui rendre des comptes ». Quel dialogue ? C’est la question qu’ont grosso modo posée les élus qui ont pointé du doigt des réunions de commission inexistantes, dénoncé un maire qui veut tout régenter… Ce dernier de souhaiter aussi un dialogue nouveau. Mais il n’y en aura pas.

      > La suite. C’est Henri Quoniou qui l’a annoncée : « Je vais informer le sous-préfet, qui va alerter la chambre régionale des comptes, et on verra. » La commune sera-t-elle mise sous tutelle ? Certains de le craindre, tel Éric Flayelle, adjoint aux fêtes : « C’est fini pour les associations, et n’y aura pas de fête au 14 Juillet. » L’élu d’annoncer même vouloir rendre son tablier. « On va d’abord s’occuper de la course de dimanche », de lui proposer le maire, qui tenait à rester serein. Saint-Souplet accueille en effet les championnats régionaux de cyclisme. Mais la roue pourrait bien tourner ensuite.

    OAS_AD(‘Middle1′);

       


Lundi 22 août 2011

Attention sur MSN…

Sur Windows Live Messenger, faites attention à ce nouveau contact, il peut être dangereux.

DANGER Virus :

 quoniouvirus.jpg……… LOL LOL

Merci à mon moustique (ou maringouin) préféré pour avoir donné l’alerte. :D Quand la trompètte de la justice jouera dans Mon regard icon18_edit_allbkg




Archive pour août, 2011

Quand la trompètte de la justice jouera

Les dernières nouvelles

C’est un conseil municipal houleux qui s’est tenu mardi soir. À l’ordre du jour, le vote du budget. … Neuf élus ont voté contre deux se sont abstenus un seul a voté pour un dernier vote étant considéré comme nul. Trois ans après l’élection d’Henri Quoniou avec la quasi-totalité de sa liste, que s’est-il passé pour justifier une telle bronca du conseil municipal à l’endroit de son maire ?. Le 5 avril, celui-ci était condamné à une amende de 5 000 E par le tribunal de Cambrai pour atteinte à la liberté d’accès ou à l’égalité des candidats dans les marchés publics. Le 13, le maire de Neuvilly, Hubert Lefèvre, demandait lors d’une séance de conseil de la communauté de communes du Caudrésis-Catésis (4C) qu’Henri Quoniou, qui y exerce une vice-présidence, la rende ou qu’on l’en dessaisisse… Hier soir, lors d’un nouveau conseil communautaire, on devait revenir sur ce sujet épineux sur lequel Gérard Devaux, président de la 4C, n’avait pas voulu réagir «à chaud». Auparavant, mardi, c’est en mairie de Saint-Souplet que la température est montée. Contacté hier, Henri Quoniou a dit savoir qu’en refusant de voter le compte administratif 2010, excédentaire de 27 000 Euros;le conseil voulait le sanctionner. Et c’est le premier magistrat lui-même qui leur aurait glissé une idée : S’ils voulaient vraiment embêter le monde, il valait encore mieux voter contre le budget primitif. Lui-même aurait voté contre ce budget primitif élaboré par la commission finances, expliquant ce choix par son refus d’une hausse des taux d’imposition. Pas question, affirme-t-il, de convoquer une nouvelle réunion de conseil pour respecter les délais impartis aux collectivités pour voter leur budget. J’assumerai le budget avec la chambre régionale des comptes, assure le maire. Ce n’est pas d’aujourd’hui que Henri Quoniou rencontre des difficultés au sein de son conseil. Pour autant face à ce blocage, il n’envisage pas la démission : Je n’ai pas de souci avec la population de Saint-Souplet, atteste-t-il. Semble-t-il malgré tout que le climat soit tendu dans le village. Témoin ce Sulpicien qui nous confiait hier :C’est le sujet de conversation principal. Certains sont un peu étonnés… D’autres rassurés…» Du fait, justement, dit-il, que les difficultés ne datent pas d’hier. Et d’évoquer deux démissions déjà survenues au sein du conseil… Le feuilleton sulpicien continue. • H. H.

  • jeudi 02.06.2011, 05:11La Voix du Nord

      imageaccueil.jpg   imagemairie.jpg  imageaccueil.jpg
  • Photo trompeuse: en fait, le ciel s’est assombri au-dessus de la mairie de Saint-Souplet.
    • |  ON EN REPARLE |

      Conseil municipal extraordinaire en mairie de Saint-Souplet mardi. À l’ordre du jour, deux points : le compte administratif et le budget primitif. Retoqués par ce même conseil il y a un mois. Mardi soir, ce fut bis repetita. Le divorce semble consommé entre une partie du conseil, majoritaire, et le maire, Henri Quoniou. Condamné le 5 avril à 5 000 E pour atteinte à la liberté d’accès ou à l’égalité des candidats dans les marchés publics.

       

      Peut-être ce qui a précipité la perte de confiance exprimée mardi soir.

      OAS_AD(‘Position1′);

       

      PAR DAVID LAURENCE

      caudry@lavoixdunord.fr PHOTOS LA VOIX

      > Le contexte. Difficile. Et délicat. Ont été évoqués, mardi soir lors du conseil municipal à Saint-Souplet, des reliquats « de 2003 », de vieilles querelles entre élus. Quelques tensions personnelles ont émergé aussi, quand bien même à chaque fois il s’en est trouvé un pour ramener la discussion sur le sujet du jour. La récente condamnation du maire n’a pas été évoquée, si ce n’est par lui. Henri Quoniou rappelant qu’il n’y a pas eu « de vols ou de magouilles ». Ce dernier de vouloir tordre le cou aux rumeurs aussi. Bref, un climat pas vraiment serein. Qui avait conduit il y a un mois à ce que le compte administratif et le budget primitif ne soient pas adoptés. Le maire d’assurer alors qu’il assumerait « le budget avec la chambre régionale des comptes ». Mais « vendredi, le sous-préfet m’a appelé pour me dire que la date butoir pour passer le budget c’était le 31. C’est pour cela que je vous ai réunis en urgence ». Sans le sous-préfet.

      Qu’Henri Quoniou avait annoncé. « Il devait venir pour expliquer, avant le conseil, l’importance de voter le budget. Mais finalement, il n’a pas pu. » > Deux visions. Face à face, deux camps. Et un maire qui, après un tour de table voulu par lui-même, a pu noter qu’il avait perdu la confiance de quasiment tout le conseil même si on lui a reconnu « d’être sur le terrain et de faire beaucoup pour le social ».

      D’un côté, des élus toujours pas décidés à adopter le compte administratif et à voter le budget primitif. Parce que le premier ne serait pas « sincère », il y aurait « une ligne de trésorerie déguisée », d’après le conseiller Alain Pilard, permettant à ce compte d’être positif alors qu’en fait « la commune est dans le rouge ». De nombreuses factures ne peuvent être payées. Pour le budget 2011, nouveau veto parce qu’il n’a pas changé depuis la précédente réunion de conseil, voire même les choses se seraient « aggravées ». « On ne peut plus continuer comme ça, il faut remettre tout à plat », d’expliquer un élu.

      Discours identique de l’autre côté de la table. On veut aussi tout remettre à plat. Mais de ce côté-ci, on plaide pour que le budget soit adopté de manière à ce que le conseil garde la main sur les finances, mais en promettant de faire en sorte que celles-ci soient mieux tenues. Pour ce faire, des propositions : régler une bonne fois pour toute le problème des contrats de photocopieurs, six machines qui plombent les comptes (l’intercommunalité s’étant engagée, selon le maire, à en récupérer une) adjoindre au maire un élu en qui les deux « camps » ont confiance pour l’accompagner dans les prises de décision relatives au budget, en l’occurrence Alexandre Mortier et une gestion qui se ferait à l’avenir non plus avec des délibérations modificatives, mais avec un budget supplémentaire.

      > Une impasse. Mais d’accord il n’y a pas eu. Ce quand bien même Marc Bera, le premier adjoint, a plaidé pour que le dialogue soit renoué entre tous. Pour le bien de la commune « car on a été élu par la population, on doit lui rendre des comptes ». Quel dialogue ? C’est la question qu’ont grosso modo posée les élus qui ont pointé du doigt des réunions de commission inexistantes, dénoncé un maire qui veut tout régenter… Ce dernier de souhaiter aussi un dialogue nouveau. Mais il n’y en aura pas.

      > La suite. C’est Henri Quoniou qui l’a annoncée : « Je vais informer le sous-préfet, qui va alerter la chambre régionale des comptes, et on verra. » La commune sera-t-elle mise sous tutelle ? Certains de le craindre, tel Éric Flayelle, adjoint aux fêtes : « C’est fini pour les associations, et n’y aura pas de fête au 14 Juillet. » L’élu d’annoncer même vouloir rendre son tablier. « On va d’abord s’occuper de la course de dimanche », de lui proposer le maire, qui tenait à rester serein. Saint-Souplet accueille en effet les championnats régionaux de cyclisme. Mais la roue pourrait bien tourner ensuite.

    OAS_AD(‘Middle1′);

       


Lundi 22 août 2011

Attention sur MSN…

Sur Windows Live Messenger, faites attention à ce nouveau contact, il peut être dangereux.

DANGER Virus :

 quoniouvirus.jpg……… LOL LOL

Merci à mon moustique (ou maringouin) préféré pour avoir donné l’alerte. :D Quand la trompètte de la justice jouera dans Mon regard icon18_edit_allbkg

ALLIANCE POUR LA NORMANDIE |
degaulois.justice.fr |
gauchemodernechelles |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Regard cubain
| BOUM ! BOUM !
| Soutenons le FUDEC